31/03/2005

BUENOS AIRES - Paire de 1-Peso "Vapeur" Tête-Bêche

 Buenos Aires, une province de la république Argentine et aujourd'hui également capitale de ce pays, procéda à l'émission de ses premiers timbres en avri11858. Il s'agissait d'une série de quatre valeurs -2,3,4 et 5 pesos ­qui fut imprimée par l'Hôtel des Monnaies (Banco y Casa Moneda). Ces timbres représentaient un vapeur au sein d'un ovale horizontal. Ils comportaient les inscriptions Correos et Bue/los AIres au-dessus et au-dessous de l'ovale, tandis que la valeur figurait dans les panneaux latéraux. En raison de leur dessin, ces timbres reçurent le surnom de "barquitos" (petits navires). Signalons que ledit dessin s'avérait particu­lièrement bien approprié, étant donné que Buenos Aires constituait, et constitue toujours, le principal port argentin.

Les timbres furent typographiés par feuillets de 48 spécimens (6x8). Imprimés sur un fin papier vélin, ils furent émis non dentelés et gommés. La plupart étaient d'une qualité à ce point médiocre, qu'il s'avérait difficile de déchiffrer leur valeur et que seule leur couleur permettait de les différencier.

La série fut émise une seconde fois le 26 octobre 1858, puis une troisième fois le 1er janvier 1859, avec des variétés d'un timbre de 1-peso, imprimé à l'encre bleue. 

Les plaques utilisées pour la production du 4-pesos furent modifiées pour l'impression du 1-peso. A cette fin, le mot Cuatro fut effacé des plaques, mais l'opération fut réalisée avec une telle maladresse que l'ancienne valeur continua à apparaître discrètement sur certains des nouveaux timbres.

Les plaques utilisées pour la production du 5-pesos furent également modifiées pour permettre l'impression de l'autre variété du 1-peso. La valeur fut à nouveau maladroitement effacée et, étant donné que les clichés devaient être traités séparément, il en résulta 48 variétés plus ou moins différentes.

Ce fut durant l'impression de cette deuxième variété du 1-peso que des "tête-bêche" virent le jour. L’existence de cette erreur d'impression ne fut révélée que lors de la vente de la collection Ferrari, en 1922. Il s'agissait d'une paire horizontale qui fut acquise par le célèbre collectionneur américain Alfred Lichtenstein. Peu après cette vente, une nouvelle paire, verticale cette fois, fit son apparition en Allemagne.


09:53 Écrit par cplh | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.