01/04/2005

FRANCE - 1 Franc Tête-Bêche.

 Le 24 août 1848, l’Assemblée Nationale française décida de régulariser les tarifs postaux. Des tentatives de négociations, portant sur la production de timbres eurent lieu entre les autorités françaises et l’imprimeur anglais PERKINS BACON. Les offres de la firme anglaise s’avérant trop onéreuses, le gouvernement français demanda à l’hôtel de la Monnaie de Paris d’entreprendre la production des timbres dont il allait avoir besoin.

Les matrices furent réalisées à la main par le célèbre graveur JACQUES-JEAN BARRE. Comme motif central, ce dernier choisit de représenter Cérès, déesse des moissons, dont il avait déjà antérieurement utilisé l’effigie pour une monnaie. Le portrait était entouré d’une bordure classique avec la mention  Rép. Franc. sur la partie supérieure, tandis que la dénomination et le mot  Postes  figuraient sur la partie inférieure.

M.A. HULOT fut tout spécialement chargé de la supervision de la nouvelle production. Les timbres étaient reproduits par un procédé typographique sur des feuillets de trois cent exemplaires, constitués par deux panneaux de 150 unités réalisés à partir de clichés simples.

Le 1er janvier 1849, deux dénominations - le 20 centimes noir et le 1 franc vermillon - furent mises en vente. Les timbres étaient dentelé et gommés.

Pour des raisons qui ne furent jamais expliquées valablement, HULOT inversa un cliché sur la plupart des plaques d’impression produites sous sa direction. C’est ainsi que naquirent les paires de tête-bêche: timbres juxtaposés mais en sens inverse. Ces paires se singularisaient par le fait qu’elles ne résultaient nullement d’une erreur d’impression. Certains experts considèrent que HULOT procéda de la sorte pour rendre toute contrefaçon plus difficile.

Le 1 franc vermillon fut remplacé par le 1 franc carmin le 1er décembre 1849. Étant donné la courte période durant laquelle le 1 franc vermillon fut émis, il devint rapidement une émission postale extrêmement rare.

Deux tête-bêche seulement sont connues: une oblitérée, l’autre non.

L’une des plus importantes découvertes relatives à la philatélie française est constituée par un bloc de 4 timbres de couleur vermillon vif et dont un timbres est en tête-bêche. Ce bloc fut découvert dans un coffre ayant appartenu à HULOT et renfermant des épreuves des premières émissions postales françaises. Le feuillet brillamment coloré contenant la paire tête-bêche fut détaillé et c’est ainsi que fut formé le prestigieux bloc de quatre dont nous venons de parler.


08:38 Écrit par cplh | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

FINLANDE 5-penni "Armoiries" Paire Tête-Bêche

La Finlande procéda à l'émission de ses premiers timbres à l'époque où elle faisait encore partie de l'Empire russe. Ces timbres représentaient les armoiries finlandaises et leur valeur était exprimée en kopecks.

En novembre 1865, lorsque les unités monétaires devinrent le penni et le mark finlandais, une nouvelle émission de timbres s'avéra nécessaire. L'impression de quatre de ces nouveaux timbres, dont un 5-penni, débuta le 13 décembre 1865. Leur dessin représentait les armoiries de la Finlande et leur valeur était exprimée en alphabet latin dans la partie supérieure et en alphabet cyrillique dans la partie inférieure.

Ces timbres étaient imprimés à partir de plaques divisées en deux panneaux de cinquante spécimens chacun. Ces panneaux étaient disposés dans un cadre d'acier et maintenus ensemble par des vis.

Un ou deux tirages furent réalisés annuellement entre 1866 et 1874. Après chaque tirage, les plaques étaient démontées et chaque cliché était nettoyé séparément. Après nettoyage, les clichés étaient ré assemblés dans leurs cadres et rangés jusqu'au prochain tirage. Ce fut après l'une de ces séances de nettoyage que certains clichés furent malencontreusement mélangés et insérés par erreur dans d'autres cadres. Il en résulta l'apparition de variétés "tête-bêche" et d'autres, présentant des erreurs chromatiques.

Les erreurs d'impression ne se produisirent qu'une seule fois, lors d'un tirage réalisé à la fin de 1867. Au cours de l'impression qui entraîna une erreur chromatique sur le 5-penni, l'inversion d'au moins un cliché provoqua la création de la célèbre paire "tête-bêche:' composée d'un 5-penni présentant une erreur chromatique et d'un 10-penni normal,

Après constatation de l'erreur, les clichés fautifs furent extraits de la plaque et remplacés par des valeurs correctes. Un cliché fut cependant réinséré à l'envers, ce qui entraîna la création de paires 5-penni "tête- bêche!' Cette nouvelle erreur fut vite découverte et corrigée au cours du processus d'impression. Il en résulte que seules quelques paires révélant (cette anomalie existe et que la presque totalité des feuillets imprimés à cette occasion ne présente aucune erreur.


08:35 Écrit par cplh | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |