31/03/2005

BRESIL - Bande de Pack

L’État sud-américain du Brésil procéda à l’émission de ses premiers timbres-poste le 1er août 1843. Cette première émission se composait de trois valeurs: un 30-reis, un 60-reis et un 90-reis. En raison de leur dessin circulaire, ces timbres ont été surnommés « Oeil-de-bœuf » par les phila­télistes. Ce dessin fut sélectionné à la place d’un portrait de l’empereur Dom Pedro II, car il était considéré comme malséant d’entacher l’effigie impériale d’une oblitération.

Les timbres furent imprimés en creux, à l’encre noire, sur des papiers de diverses qualités. Les premières impressions furent réalisées avec une plaque composée, contenant au-dessus un panneau de 18 timbres de 30 reis, au milieu un panneau de 18 timbres de 60 reis, et un panneau de 18 timbres de 90 reis. Tous ces timbres étaient non dentelés.

Généralement, les panneaux étaient séparés avant que les timbres ne soient vendus dans les bureaux des postes. Il en résulte que les bandes verticales composées de timbres de plusieurs valeurs sont extrêmement rares. Il existe cependant une paire verticale non oblitérée regroupant un 30-reis et un 60-reis.

L’une des raretés philatéliques les plus célèbres est une bande verticale de trois « Oeil-de-bœuf » oblitérés, composée d’un 60-reis et de deux 30-reis. Cette bande demeura pendant longtemps la propriété de Charles Lathrop Pack et les philatélistes ont fini par la surnommer « bande de Pack:’ Aux enchères Pack, au cours de la Deuxième Guerre Mondiale, elle fut acquise par Y. Souven, puis fut intégrée à la collection du Docteur J .A. Almeida Dias. Lorsque cette collection fut mise en vente par Stanley Gibbons, à Londres, en 1963, la « bande de Pack » fut acquise par Lars Amundsen. La collection de celui-ci fut à son tour mise en vente en 1969 et les trois timbres furent acquis par leur propriétaire actuel pour 23.460 dollars.




09:52 Écrit par cplh | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

BERMUDES - 1-penny "Perot"

Les Bermudes, archipel britannique de l'Atlantique, au nord-est des Antilles, procédèrent à leurs premières émissions postales en 1848. Il s'agissait de timbres provisoires émis par des receveurs de la poste. Jusqu'en 1865, année au cours de laquelle le gouvernement local procéda à ses premières émissions officielles, il était d'usage d'affranchir les lettres à l'aide d'un cachet apposé à la main. Cet affranchissement devint obligatoire en 1846 et William B. Perot, receveur de la poste de Hamilton, créa ses propres timbres pour l'affranchissement des envois postaux non destinés à sortir de l'archipel. Pour ce faire, il se contenta d'utiliser l'oblitération propre à Hamilton, en enlevant la mention du jour et du mois mais en conservant l'année. Perot oblitérait par douze fois des feuillets, à l'aide du cachet modifié par ses soins, puis ajoutait à la main, sur chaque oblitération, une valeur et sa signature. Vendus au prix unitaire d'un penny, ces timbres permettaient l'affranchissement des envois locaux. Il semble certain qu'il ne fut jamais procédé à l'oblitération des envois ainsi affranchis.

Les timbres "Perot;' tels qu'ils sont surnommés par les philatélistes, passèrent inaperçus des collectionneurs jusqu'en 1897 .C'est alors qu'un spécimen en rouge, daté de 1854 et utilisé pour l'affranchissement d'une lettre rédigée en avril 1855, fut signalé. Un deuxième spécimen fut découvert en avril 1898.

Les philatélistes hésitèrent tout d'abord à considérer ces timbres provisoires comme des émissions postales à part entière. Des recherches effectuées par Sir Edward D. Bacon, le philatéliste responsable de la collection personnelle du Roi Georges V, établirent toutefois l'authenticité de ces timbres et leur qualité de premières émissions des Bermudes. Quelque onze spécimens, dont trois font partie de la Collection Royale conservée à Londres, sont répertoriés. U n 1-penny rouge sur papier bleuté, apposé sur une enveloppe, s'est vendu pour 210.000 dollars, lors d'une vente organisée à New York, le 5 avril 1980, par Robert A. Siegel.


08:51 Écrit par cplh | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

ARGENTINE - 15 centavos sceau de la république, paire tête-bêche

L'Argentine en tant que pays unifié procéda à ses premières émis­sions postales le 2 janvier 1862. Elle émit alors 3 valeurs: 5, 10 et 15 centavos. Le motif central des timbres représentait l'emblème de la république qui est constitué du bâton de la liberté tenu par deux mains entrelacées, symboles de fraternité et d'union. Le bon­net de la liberté, symbole des patriotes qui se sont battus pour l'indépendance de l'Argentine au XIXe siècle, couronne le bâton. Au-dessus de cet emblème, un soleil levant, le « Soleil de Mai » symbolise la lutte de la nation pour son indépendance. Le dessin central est entouré d'une rangée de perles. En dessous apparaît la dénomination et le timbre porte l'inscription Republica Argentina. 

Les timbres furent lithographiés par Roberto Lange de Buenos Aires en feuillets de 70. Ils furent imprimés sur du papier vélin et émis gommés et non dentelés. Dans la plaque d'impression des 15 centavos bleus, un motif fut inversé. Cet accident d'impression produit des variétés tête-bêche, dont on n'en a répertorié que trois. Un bloc endommagé de huit timbres non oblitérés fut repris dans la collection Lichtenstein-Oale et un bloc oblitéré endommagé de quatre dans celle de Schatzkes. La troisième variété tête-bêche répertoriée est une paire non oblitérée qui fut achetée par le duc de Polignac. Sa collection n'était pratiquement pas connue avant qu'elle n'apparaisse sur le marché parisien dans les années 1950. Cette paire tête-bêche fut finalement acquise par Schatzkes.


08:49 Écrit par cplh | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

ALLEMAGNE - 5 Marks Guillaume II - 25ème Anniversaire (1915).

L’Allemagne procéda à l’émission de ses premiers timbres en 1871 lorsqu’elle était un empire unifié. Avant cette date, divers duchés, royaumes, ville libres et états faisant partie de la Confédération Germanique avaient déjà procédé à leur propre émission de timbres.

Les premiers timbres de l’Empire Allemand glorifiaient le nationalisme et des desseins relatifs à l’unification de l’Allemagne étaient utilisés pour les plus hautes dénominations. Ce timbre de 5 marks représente l’Empereur Guillaume II prononçant une allocution, à l’occasion du 25ème anniversaire de l’Empire, le 19 janvier 1896. La scène représente l’empereur, main droite sur le drapeau du 1er Régiment de la Garde, arrivant au terme de son discours adressé aux princes et aux représentants du peuple. Il prononce les mots suivants: « Ein Reich, ein Volk, ein Gott » (Un empire, un peuple, un Dieu ). La gravure montre 51 personnages et les traits de nombre d’entre eux sont très distincts. Elle est inspirée d’une toile de W. PAPE.

Les timbres d’une valeur de 1 mark et plus étaient beaucoup plus prestigieux que les émissions postales précédemment réalisées par l’Allemagne. Ils étaient de taille plus importante, s’ornaient de dessins élaborés et étaient imprimés au moyen de plaques gravées ligne par ligne. Les timbres de 5 marks étaient produits par l’Imprimerie Impériale avec encres carmin et ardoise et sur papier à filigrane. A partir de février 1905, ils furent dentelés et gommés.

A un certain moment de l’impression, une erreur se produisit et elle eut pour conséquence l’inversion du motif central de certains timbres. Les exemplaires de cette variété très spéciales sont excessivement rares.


08:48 Écrit par cplh | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

ALLEMAGNE - 5-pfennig "Vineta" avec Surcharge de 3 Pfennig

C'est en avril 1901 que fut émis le seul timbre allemand à surcharge provisoire. Bien que ne constituant pas vraiment une émission officielle, ce timbre fut parfaitement accepté par les philatélistes allemands et il est particulièrement recherché de nos jours.

Ce timbre fut créé lorsque l'on constata un manque de timbres de trois pfennig sur le navire allemand Vineta. Celui-ci faisait escale à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane, lorsqu'il s'avéra impossible de fournir tous les timbres demandés par des marins, qui souhaitaient envoyer en Allemagne des journaux contenant des articles sur le navire et relatant les cérémonies de célébration de l'anniversaire du Kaiser. Avec l'accord du capitaine, le commissaire de bord procéda alors à la surcharge et à la coupure en deux parties égales de trois cents exemplaires du 5-pfennig. 

La demande de timbres tarif "journaux" fut ainsi satisfaite. Le cachet utilisé pour effectuer la surcharge fut découpé assez grossiè­rement dans un morceau de caoutchouc. Ladite surcharge fut apposée à l'encre violette et six cents demi-timbres furent émis entre avril et août 1901. 


Inscrite dans un cercle, l'oblitération de ces demi-timbres est composée de l'inscription Kals. Deutsche MarIne Schlf/s Post No.1. D'autres oblitérations supplémentaires existent. 

L'on estime que quelque 520 demi-timbres furent utilisés pour l'af­franchissement de journaux, cartes postales et lettres. Le 16 décembre 1901, les autorités postales impériales de Berlin émirent une directive autorisant les receveurs de la poste à honorer ces affranchissements. Les copies à l'état neuf de ces demi-timbres sont rares. L'on connaît toutefois des blocs de six et de huit oblitérés et trois blocs de quatre demi-timbres à l'état neuf. Un seul spécimen connu comporte une surcharge inversée.





08:33 Écrit par cplh | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |